1890-2017 : Le sport sourd, une grande Histoire

Chronologie des moments importants qui ont marqué la grande Histoire du sport pour les sourds. Ils furent les premiers à associer le sport et le handicap à la fin du 19ème siècle, une histoire de plus de 100 ans, marquée par celui qui a inspiré ce mouvement, le « Coubertin des sportifs sourds » : Eugène Rubens-Alcais.

 

1890 : Première course amicale Paris-Versailles Sourds et développement des compétitions de cyclisme Sourds.

1900 : Premier championnat de France de cyclisme Sourds.

1910 : Fondation par Eugène Rubens-Alcais du Club Sportif des Sourds-Muets de Paris, premier club de l’histoire des Sourds.

1918 : Gaston Vialatte créé en 1918 la Fédération Sportive des Sourds-Muets de France (FSSMF) dont Eugène Ruben-Alcais est secrétaire général qui coordonne la rédaction successive des statuts, prêts en 1919. Eugène Rubens-Alcais devient sourd très jeune. Très tôt, il s’intéresse au sport et s’adonne à des courses de cyclisme avec ses camarades atteints de la même infir­mité. Il impulse, en 1899, la création du pre­mier club sportif français pour handicapés : le Club Cycliste des Sourds-Muets. Les “déshé­rités de l’ouïe” s’intéressent à d’autres sports, le football et l’athlétisme. En 1911 est fondé le premier club français omnisports pour han­dicapés, le Club Sportif des Sourds-Muets de Paris.
Il crée le journal « Le Sportman Silen­cieux ». Eugène Rubens-Alcais lance alors l’idée d’une Fédération Sportive des Sourds-Muets de France, qui est déclarée à la préfecture de police de Paris en septembre 1919. Il en sera le secrétaire général, le délégué général et le président de 1946 à 1951.

1924 : Eugène Rubens-Alcais, le “Pierre Couber­tin sourd”, crée le Comité International des Sports Silencieux (CISS) après l’organisation des premiers “Jeux Mondiaux Silencieux” à Paris en 1924. Connue sous le nom de “The Silent Games”, cette importante manifestation, qui a lieu en prélude des Jeux Olympiques de Paris de 1924, réunit 148 athlètes malenten­dants venant de neuf nations (Belgique, France, Royaume-Uni, Hongrie, Italie, Lettonie, Pays-Bas, Pologne, Roumanie) dans sept disciplines (athlétisme, cyclisme sur route, football, nata­tion, plongée, tennis et tir). Une seule femme, la nageuse hollandaise Hendrika Nicolini Van Der Heyden, y participe et décroche une médaille d’or. Ces Jeux seront désormais reconduits tous les quatre ans. À l’issue de ces journées historiques est créé le Comité International des Sports Silencieux (CISS), appelé aujourd’hui International Committee of Sports for the Deaf (ICSD), Eugène Rubens-Alcaïs en est le premier président.

1949 : Premiers Deaflympics d’hiver à Seefeld en Autriche

1956 : Création de la Fédération Sportive des Sourds de France (FSSF) qui succède à la Fédération Sportive des Sourds Muets de France (FSSMF).

1961 : 9es Jeux internationaux Silencieux à Helsinki (Finlande) : l’équipe de France (réduite) revient avec deux médailles de bronze.

1963 : Décès d’Eugène Ruben-Alcais, Fondateur du Mouvement sportif silencieux international et de la Fédération Sportive des Sourds-Muets de France (FSSMF). Il est Officier d’Académie, Médaille d’or de l’Éducation physique, Cheva­lier du Mérite norvégien, Chevalier du Mérite social et Commandeur du Mérite sportif.

1983 : Création de l’European Deaf Sport Organisation E.D.S.O.

2005 : Étude du projet d’intégration de la Fédération Sportive des Sourds de France (FSSF) à la FFH, à la demande du ministère des Sports.

2006 : Premières négociations entreprises entre la FFH et la Fédération Sportive des Sourds de France (FSSF)

2007 : Une assemblée générale extraordinaire prend acte de la volonté de la Fédération Sportive des Sourds de France (FSSF), par la voix d’Isabelle Malaurie, sa présidente, de rejoindre la FFH. La motion pour l’accueil des déficients auditifs dans la FFH est approuvée par 774 voix (54 voix contre, 24 abstentions et 8 votes nuls).

2008 : À l’assemblée générale de la FFH du 26 avril, l’annonce est faite que la Fédération Sportive des Sourds de France (FSSF) a voté sa dissolution par 111 voix pour, 20 voix contre et 6 bulletins blancs au cours de son assemblée générale, qui se tient au même moment. Cette dissolution était nécessaire pour permettre l’intégration de la FSSF à la FFH.

Le président de la Fédération Française Handis­port, Gérard Masson, « souhaite la bienvenue aux nouveaux venus et est heureux de l’agran­dissement de la famille Handisport. Il remercie Isabelle Malaurie pour le travail accompli à la présidence de la FSSF et pour la décision d’inté­gration prise aujourd’hui. »

2009 : Les Deaflympics se déroulent à Taipei, sur l’île de Taïwan, où l’équipe de France, formée de 48 athlètes sourds, dont 5 femmes, est engagée sur 9 disciplines sur les 19 au programme. Elle se classe 13e en remportant 12 médailles dont 4 en or, 2 en argent et 6 en bronze.

Un compromis est trouvé avec Craig Crowley, président de l’International Committee of Sports for the Deaf (ICSD), concernant la représentativité dans les statuts internationaux de la FFH du fait que son président ne soit pas sourd.

2010 : Création du comité Eugène Rubens-Alcais, association destinée à honorer la mémoire et les valeurs défendues par le fondateur de la Fédé­ration Sportive des Sourds-Muets de France en 1908 et du Comité International des Sports Silencieux. www.rubens-alcais.net

2011 : Au congrès annuel du Comité international du Sport pour Sourds (47 nations) à Rome, les membres de l’ICSD ont voté (38 votes favorables) pour la réintégration de la France comme membre à part entière de l’organisation.

Première année de fonctionnement du Comité de Coordination des Sportifs Sourds Français (CCSSF) :
– les athlètes sourds sont revenus dans les compétitions internationales après l’annulation par l’ICSD de la suspension de la non-représentativité internationale de la FFH ;
– les compétitions interscolaires, absentes depuis 10 ans, sont reprises au profit des élèves sourds.

2012 : Première Coupe Rubens-Alcais où 4 équipes (Poiré-sur-Vie, Paris, Marseille et Lyon) s’af­frontent en football sourds.

2013 : Les 22es Deaflympics (Jeux Mondiaux des Sourds) d’été accueillent à Sofia (Bulgarie) 4 500 athlètes venus de 85 nations :
– la délégation française, avec Jean-François Labes comme chef de mission, se compose de 22 athlètes (2 femmes et 20 hommes), engagés dans 8 disciplines individuelles ;
– elle revient avec 11 médailles (2 en or, 6 en argent et 3 de bronze) et prend la 17e place au classement des nations.

À noter : La France reprend sa participation aux compétitions internationales après une absence de deux ans et doit affronter des nations telles que la Russie avec ses 321 représentants alors qu’elle vient avec moitié moins d’athlètes qu’à Taipei, en 2009.

2015 : Aux 18es Deaflympics d’hiver à Magnitogorsk (Russie), en avril, les 3 coureurs français engagés en ski alpin remportent 5 médailles (1 en or,1 en argent et 3 en bronze) et classent la France au 7e rang mondial.

L’équipe de France de Football Sourds est Championne d’Europe à Hanovre (Allemagne), en juin.

Euro Volley : première organisation d’une compétition internationale de volley-ball Sourds à Paris par l’EDSO (Organisation Européenne de Sports pour les Sourds) et la FFH.

2017 : Deaflympics d’été Samsun en Turquie